Un trésor de la faune marine dormait dans les eaux de Port Leucate

Grande nacre
Grande nacre

La découverte ne remettra pas en cause le projet d’agrandissement du port de Leucate, prévu pour 2013. Elle témoigne juste de la richesse de la biodiversité des eaux marines de la Méditerranée.

La mairie, désireuse de passer la capacité d’accueil de son port de 1 300 à 2 000 anneaux, s’est engagée dans un chantier de rénovation de trois bassins jusque-là inexploités, au nord de la zone portuaire. Près de 7,5 M€ y seront consacrés. Les plans ont été dessinés, les retombées économiques envisagées… et une étude d’impact sur le milieu naturel, lancée.

Un trésor de la faune marine

Là, à quelques mètres de profondeur à peine, les spécialistes ont découvert un trésor de la faune marine. Plantées dans le fond sableux, des dizaines de moules “Grande nacre” défiaient le ciel. Un comptage minutieux a fait apparaître qu’elles sont au nombre de 300. Minutieux, car le mollusque, aussi appelé Pinna Nobilis, est une espèce protégée. Et sa pêche, formellement interdite depuis le 26 novembre 1992.

Espèce endémique aux eaux méditerranéennes, la “Grande nacre” a été décimée par la pollution et la disparition progressive des herbiers de posidonies où elle aime s’enficher.

Jusqu’à un mètre de hauteur !

De forme typique, elle se distingue par sa taille. A l’âge adulte – soit 20 à 25 ans ! – elle peut atteindre jusqu’à un mètre de hauteur, ce qui en fait l’un des plus grands coquillages au monde, derrière le célèbre bénitier tropical. Sa coquille brunâtre recouverte d’algues et d’invertébrés lui vaut le aussi le surnom de “jambonneau hérissé”.

Les ancrages et les chalutages ont également eu raison de l’espèce. C’est pourquoi tout sera aménagé, à Port-Leucate, de façon à ce que la colonie découverte puisse continuer à vivre, et à grandir.

Quant aux trente moules “impactées” par les vibrations consécutives au chantier ou par la pose de pieux, elles seront simplement déplacées, et mises en lieu sûr. Pour que ce trésor dorme encore longtemps dans les eaux leucatoises.

Lire l’article dans Midi Libre